Ibn Bayyah, ce cheikh qui défie Daesh

Ibn Bayyah, ce cheikh qui défie Daesh

 

Pédagogue, ce religieux conservateur s’emploie depuis plusieurs années, sources orthodoxes à l’appui, à déconstruire la rhétorique des jihadistes pour en démontrer l’inanité. Et l’invalider. Portrait.

Quand Barack Obama a cité son nom devant le Conseil de sécurité de l’ONU, en 2014, une rapide polémique s’était ensuivie, l’intéressé s’étant fermement opposé à l’intervention des États-Unis en Irak.

Mais pour l’heure, et devant la menace de Daesh, Abdallah Ibn Mahfoudh Ibn Bayyah, un Mauritanien résidant en Arabie saoudite, est un allié. La même année, il avait émis une fatwa, sobrement intitulée « Ce n’est pas le chemin du paradis », fondée sur des sources tout à fait admises chez les plus orthodoxes des musulmans et qui invalide la rhétorique de Daesh.

Un rôle de pédagogue

Aujourd’hui en première ligne dans la lutte contre le terrorisme, Ibn Bayyah joue le rôle de pédagogue. Né en 1935 dans l’Est mauritanien, il est lié à la puissante confrérie Gouzfiya, elle-même une branche locale de la très respectée confrérie soufie Chadhiliya. Quant à sa tribu, les Massoumas, elle compte d’autres dignitaires religieux, comme Mohamed El Hassan Ould Dadaw, figure des Frères musulmans et principal inspirateur du parti islamiste mauritanien Tawassoul.

La réputation et le lignage du cheikh l’ont conduit à occuper différents postes sous le règne de Moktar Ould Daddah. Entre 1970 et 1978, il est même un membre influent du Parti du peuple mauritanien. Peu de temps après le coup d’État qui renverse Ould Daddah, il s’exile en Arabie saoudite. Et prend progressivement une dimension internationale.(...) (Jeune Afrique)

Lire la suite ICI

Commentaires

Ajouter un commentaire