"Investir dans la culture, c'est préparer l’avenir des peuples", selon l'UNESCO

"Investir dans la culture, c'est préparer l’avenir des peuples", selon l'UNESCO

 

Dans le cadre de la conférence internationale «Art for Tomorrow», organisée par le New York Times à Doha, la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, a saisi cette occasion pour appeler à une meilleure protection du patrimoine culturel en danger, dans le cadre du mouvement mondial #unite4heritage / #unispourlepatrimoine lancé par l’UNESCO.

La Conférence a permis de débattre du rôle de la culture comme moyen de lutte contre l'extrémisme violent et comme moteur de dialogue et la compréhension mutuelle.

« La protection du patrimoine n’est pas juste un enjeu culturel. Au Mali, lorsque l'UNESCO a reconstruit les mausolées de Tombouctou, j'ai vu de mes propres yeux la façon dont la culture aide à guérir, à rassembler les populations, et j'ai eu le sentiment que nous rendions véritablement une part de leur identité aux habitants de Tombouctou » a-t-elle déclaré.

« Les extrémistes connaissent parfaitement le pouvoir du patrimoine à souder les communautés, et c'est précisément pour cette raison qu’ils cherchent à le détruire. C’est une préoccupation qui dépasse largement le cercle des professionnels du patrimoine - c'est un impératif de paix et de sécurité » a-t-elle rappelé.

Dans le cadre d'une table ronde avec Georgios Kaminis, maire d'Athènes et Adrienne Clarkson, ancienne gouverneure générale du Canada et fondatrice de l'Institut pour la citoyenneté canadienne, la Directrice générale a explicité les facettes de la contribution de la culture au développement à long terme et à la durabilité du développement urbain. « Investir dans la culture n'est ni un luxe, ni de la charité. Ce n'est pas de l'argent perdu. C’est investir dans l’avenir des peuples, dans des compétences, et aussi très concrètement dans des emplois durables », a-t-elle précisé, en prenant l’exemple du secteur des industries créatives qui représente environ 30 millions d'emplois dans le monde aujourd'hui, soit davantage que l'industrie mondiale de l'automobile.

La Directrice générale a également souligné le rôle clé des musées et des institutions culturelles pour favoriser les compétences interculturelles et apprendre à vivre ensemble dans des sociétés de plus en plus diversifiées. « Les musées ne sont pas seulement des lieux où préserver notre patrimoine commun ce sont des espaces pour préparer l'avenir, favoriser l'éducation à la citoyenneté mondiale. »

Durant trois jours, cette conférence a réuni plus de 200 personnalités du monde de l'art et de la culture de renommée internationale en provenance de plus de 30 pays, directeurs de musées, galeristes, conservateurs, maisons d'enchères, collectionneurs, entrepreneurs, investisseurs, institutions financières, urbanistes, représentants du gouvernement et organisations touristiques, ainsi que des dirigeants d'entreprise et civiques. L'événement était consacré au rôle de l'art comme moteur de croissance économique et de développement, facteur de rayonnement pour les villes et les entreprises et force unificatrice de la vie publique.

Un séjour au Qatar, durant lequel la Directrice générale s’est également entretenue avec l'Emir du Qatar Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani. Elle a tenu des réunions de travail bilatérales avec le Ministre de l'éducation SE Mohammed Abdul Wahed Ali Al Hammadi, avec Sheikha Hind Bint Hamad Al-Thani, Vice-présidente et PDG de la Qatar Foundation pour l'Education, la Science et le Développement. Elle a aussi rencontré des représentants de la Fondation Education Above All, pour discuter du soutien au programme d'éducation d'urgence au Pakistan et en Irak.

D'après communiqué

Commentaires

Ajouter un commentaire