Le MI nie toute agression sur des étudiants en droit à l’avenue Bourguiba

Le MI nie toute agression sur des étudiants en droit à l’avenue Bourguiba

 

Le ministère de l’Intérieur a démenti, aujourd’hui vendredi 14 avril 2017, toute agression commise contre des étudiants en droit lors de leur rassemblement de protestation, hier jeudi, à l’avenue Bourguiba de Tunis.
"Cette information est dépourvue de tout fondement ", a assuré le département dans un communiqué ajoutant que l’intervention des forces de l’ordre était conforme aux dispositions de la loi.
" Les forces de l’ordre ont dressé un barrage de sécurité pour empêcher les manifestants de s’approcher de la porte principale du ministère de l’Intérieur sans faire recours à la force.
Les étudiants ont été informés qu’ils peuvent poursuivre leur mouvement de protestation sans pour autant dépasser le barrage sécuritaire", lit-on dans le même communiqué.
Six étudiants qui se sont évanouis ont été transférés par la Protection civile aux hôpitaux où ils ont reçu les soins nécessaires. Un agent de sûreté a également été blessé au cours de cet incident.
Des dizaines d'étudiants avaient manifesté, jeudi, sur l'avenue Habib Bourguiba à Tunis pour réclamer l'annulation du décret n°345 émis par le ministère de la Justice et protester contre la violence policière dont ils ont été victimes au cours des derniers mouvements de protestation.
Le décret n°345 de l’année 2017 pose la condition de détenir un master en droit, en sciences juridiques ou un diplôme équivalent pour pouvoir passer le concours d’entrée à l’Institut Supérieur de la Magistrature
Pour sa part, le ministre de l’Intérieur, Hédi Mejdoub avait expliqué, jeudi, qu’un différend a opposé les étudiants en droit, ce qui a poussé les forces de l’ordre à intervenir dans le cadre de la loi.

Commentaires

Ajouter un commentaire