Moncef Marzouki : « je veux finir le boulot avant de mourir »

Moncef Marzouki : « je veux finir le boulot avant de mourir »

 

L’ancien président de la République Moncef Marzouki multiplie les  déplacements à l’étranger pour donner des conférences et « expliquer aux gens ce qui se passe dans le monde arabe » et d’expliquer pourquoi la Tunisie «  s’en tire plutôt bien par rapport aux autres pays arabes ». Au cours de son passe au Québec il a accordé une interview au « Metro de Montréal », publiée le 31 mars dernier, dans laquelle il analyse la situation actuelle en Tunisie, parle du terrorisme, de la Libye, de l’Egypte et de la Syrie ainsi que de son avenir personnel.  Il considère que « la transition est complexe, avec des arrêts, des avancements, parfois des retours en arrière, et peut être un objet de conflit ». La transition n’est pas une rivière tranquille », dit-il. «La Tunisie n’est pas une île dans un océan, c’est une île dans un archipel et tout ce qui se passe dans les îles de l’archipel a un impact énorme sur la Tunisie.» Il a l’impression que «  le travail n’était pas achevé, que quelque chose avait été raté. J’aurais quitté la politique rasséréné s’il y avait eu une poursuite de la révolution. Mais voir les régimes que j’ai combattus toute ma vie revenir au pouvoir, même démocratiquement, c’est le signe que ce n’était pas terminé. ». C’est pourquoi, il veut, « avant de mourir, finir le boulot » pour voir le pays « dans une démocratie débarrassée de la corruption ».

Il pense que les attentats terroristes  perpétrés en Europe ont pour but de « saborder la transition. Pour mettre le chaos dans le pays. Mais ça n’a pas réussi. Ça a fait mal, notamment au tourisme et à l’image du pays, mais la Tunisie est restée forte ».
Pour lui, « les Tunisiens qui sont dans des mouvements terroristes, ce sont des enfants de la génération Zine el-Abidine Ben Ali ». Il explique que « sous son régime, deux tendances sont nées pour le contrer. Celle dont j’ai été le porte-parole disait : «On va lutter contre la dictature de façon pacifique.» L’autre branche a pris les armes ». Entendre les islamistes.

Lire l’interview intégrale de sa source :

http://journalmetro.com/monde/1111076/moncef-marzouki-la-tunisie-est-res...

Commentaires

Ajouter un commentaire