Taoufik Baccar : Le train de réformes annoncées par Y.Chahed doit s'adosser à une vision globale

Taoufik Baccar : Le train de réformes annoncées par Y.Chahed doit s'adosser à une vision globale

 

L’ancien gouverneur de la Banque Centrale Taoufik Baccar indique dans un post que le Centre de Prospective et d’Etudes sur le développement (CPED) dont il le fondateur souscrit à l’urgence de la recherche de solutions pertinentes à la question de la réforme des banques publiques.

Il considère que toute orientation dans ce domaine devrait s’inscrire dans le cadre d’une vision globale et stratégique, qui transcende toute forme de pression conjoncturelle d’origine locale ou internationale, tient compte du rôle attendu de l’Etat dans la mise en œuvre de sa stratégie et ses politiques de financement du développement et se construit autour de nombre de principes directeurs, au titre desquels un intérêt particulier devrait être accordé au spectre des participations publiques concernées, au recentrage de la présence de l’Etat, à la taille des banques à participation publique, à la part de capital étranger dans le secteur et à la capacité de résorption du marché.

Il ajoute que le Centre déclinera sa position dans un communiqué qui paraîtra juste à la suite de l'atelier de travail qu’il compte organiser samedi 4 mars prochain.

Après avoir passé en revue les principales mesures d'ordre économique et financier présentées par le chef du gouvernement, lors de l’interview accordée dimanche 26 Février 2017, à la chaîne de télévision « El-Hiwar Ettounsi », le CPED considère, comme l'a exprimé le chef du gouvernement, que les réformes de la fonction publique, des régimes de retraite et du système bancaire sont d'une grande priorité et doivent être engagées dans les plus brefs délais.

Ce train de réformes doit s'adosser à une vision globale de la stratégie de développement et s'accompagner d'un recentrage de cette stratégie, axée jusqu’ici sur la demande intérieure et les dépenses publiques, vers une croissance plus équilibrée orientée également vers l'investissement et les exportations.

Le CPED estime par ailleurs, que l'amélioration de l'environnement des affaires doit également être considérée comme une priorité et que cela ne peut se faire sans la restauration d'un climat propice à l'investissement à travers une opération de réconciliation qui permettra aux opérateurs privés et publics de reprendre le chemin de l'initiative et du travail.

Compte tenu de l'urgence des réformes citées par le chef du gouvernement, le CPED aurait souhaité toutefois, les voir démarrer dès la fin de l'année 2016 parallèlement à l'élaboration de la loi des finances 2017.

Commentaires

Ajouter un commentaire