« Tous contre le travail des enfants en Tunisie »

« Tous contre le travail des enfants en Tunisie »

 

Le projet "Tous contre le travail des enfants en Tunisie", entrant dans le cadre du programme national de lutte contre le travail des enfants (2015-2020), a été lancé lundi à Hammamet. Il vise essentiellement à élaborer des plans pratiques au service du programme national ainsi que ses mécanismes de suivi, d'exécution et d'évaluation.

"La Tunisie nécessite une stratégie nationale globale, impliquant toutes les parties concernées et incluant l'ensemble des programmes et des politiques de protection de l'enfance", a souligné le ministre des Affaires sociales Mohamed Trabelsi dans une déclaration à l'agence TAP en marge d’un atelier de travail organisé à cette occasion.

Ces politiques doivent être fondées sur une stratégie commune de lutte que la pauvreté et le travail des enfants ainsi que la protection de l'enfance délinquante et des catégories marginalisées, a-t-il insisté. Trabelsi a en outre expliqué que le phénomène du travail des enfants s'est aggravé au cours des dernières années. Les chiffres du ministère de l'Education révèlent que près de 100 mille élèves quittent chaque année les bancs de l'école vers un sort qui demeure inconnu, ce qui les expose à toutes les formes d'exploitation, dont le travail des mineurs.

Dans le cadre de ce projet, l'Institut national de la statistique a entamé une enquête nationale sur le travail des enfants basée sur un échantillon de 15 mille familles et dont les résultats seront publiés en septembre 2017. L'enquête permettra d'établir une base de données et de faciliter l'analyse-diagnostic de la situation afin d'établir les politiques adéquates contre ce fléau.

La ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance Néziha Laabidi a pour sa part indiqué que les délégués à l'enfance reçoivent chaque année près de 9500 signalements relatifs à l'enfance, y compris le travail des enfants et les agressions dont ils sont victimes.

L'ambassadeur des Etats-Unis à Tunis Daniel Rubinstein a souligné de son côté que le soutien apporté par son pays à ce projet part de la conviction commune de préserver les droits de l'enfant et de mettre en place des lois au service des intérêts des enfants et qui les protègent de toutes les formes de délinquance.

La coordinatrice générale du projet Naïma Zaghdoudi a affirmé que l'objectif principal de ce projet est d'appuyer le programme national de lutte contre le travail des enfants. Il comporte, a-t-elle ajouté, trois axes majeurs qui sont: Renforcer la coopération interinstitutionnelle entre les appareils de l'Etat, les organisations et les composantes de la société civile; Créer un système d'information sur ce phénomène, ses causes et ses dimensions, et sensibiliser aux dangers de l'exploitation et du travail des enfants.

Ce projet, développé par le Bureau international du travail (BIT) en consultation avec le ministère des Affaires sociales, les organisations de travailleurs et d'employeurs, sera mis en œuvre grâce à un financement du Département Américain du travail (USDoL) de l'ordre de 3 millions de dinars.

Commentaires

Ajouter un commentaire