Virginia Gamba, nommée Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés

Virginia Gamba, nommée Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés
 
 
Le Secrétaire général de l’ONU a nommé Virginia Gamba, de l’Argentine, au poste de Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, avec rang de Secrétaire générale adjointe.  Elle remplace Leila Zerrougui de l’Algérie à laquelle le Secrétaire général exprime sa reconnaissance pour son dévouement et son engagement en faveur des Nations Unies.
 
Actuellement Sous-Secrétaire générale et Chef du Mécanisme d’enquête conjoint de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l’ONU, établi par la résolution 2235 (2015) du Conseil de sécurité pour déterminer si des produits chimiques ont été utilisés comme armes en Syrie, Gamba possède plus de 30 ans d’expérience et de leadership sur les questions relatives au désarmement, à la paix et à la sécurité humaine.
 
De 2012 à 2015, elle a été tour à tour Directrice adjointe et Directrice du Bureau des affaires de désarmement de l’ONU.  Auparavant, Mme Gamba a été Directrice adjointe de la sûreté et de la sécurité à l’Institut de sécurité publique de Buenos Aires de 2009 à 2012, après avoir travaillé, entre 2007 et 2009, comme consultante de l’Union européenne pour aider l’Union africaine à élaborer une stratégie de mise en œuvre de l’approche commune africaine de lutte contre le trafic illicite des armes légères.  Elle a aussi été, entre 2001 et 2007, Directrice des interactions Sud-Sud, à « Safer Africa », en Afrique du Sud, et entre 1992 et 1996, Directrice du Programme de désarmement et de règlement des conflits à l’Institut des Nations Unies pour la recherche sur le désarmement, à Genève.
 
Née en 1954, Gamba est titulaire d’une maîtrise en études stratégiques de la « University College of Wales » et d’une licence en études espagnoles et américaines de la « University of Newcastle Upon Tyne ».  Elle a été conférencière sur la sécurité en Amérique latine au Département des études de la guerre du « King’s College » à Londres.

Commentaires

Ajouter un commentaire