Dans un discours Kais Saied : Nous vivons une guerre de libération et non une guerre de criminalisation,

 Dans un discours Kais Saied : Nous vivons  une guerre de libération et non une guerre de criminalisation,

 

Le président de la République, Kais Saied, a déclaré dans un discours prononcé ce vendredi 3 novembre 2023, que « nous vivons aujourd'hui une guerre de libération et non une guerre de criminalisation, soulignant que quiconque traite avec l'ennemi sioniste est un traître et accusé de haute trahison.

Il a ajouté : "Je confirme que ce qu'on appelle normalisation est un terme qui n'existe dans mon lexique car il reflète un esprit de vaincu, et cet esprit ne peut pas être celui de la résistance et des fédayins sur les champs de bataille ".

Le Président de la République a poursuivi : « À l'heure où les corps des enfants, es personnes âgées et les femmes sont déchiquetés et massacrés dans la Palestine spoliée, et à l'heure où les maisons sont démolies sur la tête de leurs propriétaires par les bombardements sionistes barbares et brutaux, et toutes les lois de la terre et du ciel sont violées, à une époque où l'essence et l'eau sont coupées dans les hôpitaux, et où des villes entières sont rasées et où se produisent des déplacements forcés, pour des centaines de milliers de Palestiniens, le conflit se transforme en querelle juridique », en allusion à la proposition de loi portant criminalisation de la normalisation.

Kais Saïed a expliqué que le but de son discours n'était pas d'entrer dans un débat juridique stérile ou dans une controverse sur un certain nombre de termes et concepts juridiques inutiles en ces moments historiques où les Palestiniens sont confrontés aux crimes les plus odieux, "mais de les confronter" avec la détermination des fédayins, qui est la même résolution que nous partageons avec eux parce que nous ne nous contenterons que de la victoire ou du martyre », selon lui.

Il a souligné que le pays n’a pas besoin d’une loi criminalisant la normalisation et il suffit d’inscrire aux articles 60 et suivants  du Code pénal relatif à la haute résolution tous les crimes de trahison dans le détail avec les peines qui leur sont applicables, visant les Palestiniens. Une manière peut être d'enterrer la proposition de loi soumise par certains groupes de l'ARP.

 

Votre commentaire