Le piège de Ben Mami: Une simple mise en scène ou une dégringolade vers les télés poubelles?

Le piège de Ben Mami: Une simple mise en scène ou une dégringolade vers les télés poubelles?

Par Kais Ben Mrad

Le « piège » tendu par Meriem Ben Mami au gérant d’un restaurant lors de l’émission « Oumour Jeddia » diffusée sur la chaîne « Al Hiwar Ettounssi » ne cesse de défrayer la chronique depuis sa diffusion.

On y voit l’actrice contacter le gérant du restaurant pour lui demander la livraison de quelques plats avant de changer le ton de la discussion pour tenter carrément de le séduire et le draguer.

L’actrice engage alors une discussion avec le concerné qui, sans le savoir, est sur antenne, pour lui dire qu’elle est tombée sous son charme depuis qu’elle est passée dans son restaurant quelques jours auparavant.

Par la suite, elle lui demande si cela ne le gène pas d’avoir une relation avec elle, bien qu’il soit marié. Séduit par l’offre, la « victime » facilement reconnaissable par son épouse et par son entourage (puisque la chaîne a passé sa voix authentique et a même dévoilé son prénom Amine), a accepté l’invitation de Meriem Ben Mami et a essayé d’arranger un rendez-vous avec elle.

Et c’est à ce moment de la discussion que l’actrice a bizarrement changé de position pour traiter son interlocuteur d’impoli et lui donner une leçon de morale parce qu’il a osé lui faire des avances, bien qu’il soit marié.

La scène s’achève lorsque la donneuse de leçons de morale a raccroché au nez de l’homme "infidèle" qui est tombé dans son piège !!

Face à ce contenu bizarrement diffusé sur une chaîne de télévision, deux hypothèses sont possibles:

La première est celle d’une mise en scène préparée entre la production et le soi-disant restaurateur pour faire le buzz. Et dans ce cas on peut dire que le niveau de nos chaînes privées est tombé très bas dans le cadre de la loi du profit et qu’elles ont vraiment atteint le niveau des télés-poubelles qui ne reculent devant rien pour faire de l’audience donnant à la télévision une image plus que négative.

Et là on revient, avec cette hypothèse, à une question fondamentale et générale, sur le rôle de la télévision en général. La télé doit-elle avoir un rôle éducatif, culturel ? Un rôle d’information ? Ou un rôle de divertissement ? 

La seconde est celle qui confirme que le Monsieur a bel et bien été piégé et que la chaîne a divulgué son prénom et sa voix, sans se soucier des graves préjudices sur sa vie privée.

Il est à rappeler, dans ce cadre, que toute personne a droit au respect de sa vie privée. Nul ne doit s'ingérer de cette façon odieuse, dans l'intimité d'une personne et jouer avec ses sentiments.

Ce droit comprend notamment la protection contre toute atteinte portée au droit au nom, à l'image, à la voix, à l'intimité, à l'honneur et à la réputation, à l'oubli, à sa propre biographie et concerne l'état de santé, la vie sentimentale, l'image, la pratique religieuse, les relations familiales et, plus généralement, tout ce qui relève de la sphère intime et personnelle d'une personne.

Et il semble dans ce cas que Meriem Ben Mami et ses employeurs ont oublié que l’atteinte au respect de la vie privée est passible de poursuites judiciaires. Et dans ce cas d'espèce, le restaurateur a le plein droit de saisir la justice pour laver son honneur sali.

Cependant, il semble que dans cette triste période de l’impunité totale en Tunisie où chacun peut faire ce qu’il veut, l’atteinte à la vie privée est le dernier souci non seulement de la chaîne Al Hiwar Tounssi, mais surtout de la justice et de l’impuissante HAICA censée protéger les citoyens des dérapages des chaînes de télévisions et des stations de radios.
 

Commentaires

Ajouter un commentaire