CAF: Les 14 bonnes raisons de la chute d'Issa Hayatou

CAF: Les 14 bonnes raisons de la chute d'Issa Hayatou
 
 
Après 29 années à la tête de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou a été écarté par Ahmad, vainqueur le 16 mars 2017 à Addis-Abeba. Une victoire surprenante du Malgache qui s’explique, outre un besoin de changement, par les erreurs et les errements du Camerounais. Ce dernier, grand dirigeant et fin politique, s’était toutefois enfermé dans sa tour d’ivoire. Explications.
 
Il n’a pas fait campagne
 
Durant le 60e anniversaire de la Confédération africaine de football (CAF) et durant les semaines précédentes, Issa Hayatou n’a pas fait campagne directement, déléguant cela à quelques fidèles. Comme si cette attitude n’était pas digne d’un président en fonction depuis 1988. Le Camerounais n’était de toutes les façons pas trop habitué à ce type de situation. Deux autres adversaires seulement ont pu se présenter contre lui en 29 années : l’Angolais Armando Machado en 2000 et le Botswanais Ismaïl Bhamjee en 2004.
 
Il a sous-estimé Ahmad
 
Ahmad, lui, ne s’est pas privé de faire du lobbying jusqu’à la dernière minute, enchaînant réunions, rendez-vous, promesses. Le nouveau président de la CAF a voyagé dans plusieurs pays d’Afrique durant deux mois. Issa Hayatou n’a pas jugé utile d’en faire autant. Un de ses proches estimait en effet avant l’élection que le Malgache ne faisait clairement pas le poids, contrairement au président de la Fédération algérienne ou celui de la Fédération de RDC, par exemple. « Face à un Mohamed Raouraoua ou à un Constant Omari, il y aurait eu match. »
 
Il n’a pas vu les signes précurseurs
 
Lors des Assemblées générales en 2016, certains amendements allant à l’encontre des décisions d’Issa Hayatou ont recueilli un nombre significatif de votes, ce qui était encore inimaginable en 2015. C’est d’ailleurs ce qui a décidé Ahmad à se présenter. Le Malgache a senti le vent tourner ; pas l’omnipotent patron du foot africain.
 
Il n’avait pas de programme
 
Comme en 2013, Issa Hayatou n’avait pas présenté de programme. Il souhaitait continuer à améliorer ce qui se faisait déjà, sans réelle remise en cause de son bilan.
 
Il a été éloigné de la CAF durant plusieurs mois
 
Les scandales à répétition à la Fédération internationale de football (FIFA) ont eu raison de son président Joseph Blatter, en 2015. Issa Hayatou, en sa qualité de vice-président le plus âgé de la FIFA, a alors été propulsé patron par intérim. Durant plusieurs mois, même s’il a conservé ses fonctions à la CAF, il a ainsi dû s’en éloigner. Eloignement renforcé par une greffe de rein fin 2015.
 
Il était trop âgé pour beaucoup de présidents
 
Après sa défaite, Issa Hayatou a rappelé avec véhémence qu’il n’avait « que » 70 ans alors que Sepp Blatter était beaucoup plus âgé lorsqu’il avait été réélu à la FIFA. Le problème n’était toutefois pas son âge mais le fait que des ennuis de santé (problèmes de rein, grave blessure à une jambe) l’ont affaibli prématurément. Il se trouvait en outre en décalage avec toute une nouvelle génération de présidents de fédération quadragénaires et quinquagénaires.(RFI)
 
 
Lire la suite ICI
 
 

Commentaires

Ajouter un commentaire