Le vice président de l’US Ben Guerdane harcèle l’équipe de la TV nationale

Le vice président de l’US Ben Guerdane harcèle l’équipe de la TV nationale

 

Le vice-président de l’US Ben Guerdane, Aymen Chandoul qui a menacé d’une « guerre des rues » au cas où le président de la FTF Wadii Jari serait touché a harcelé l’équipe de la télévision nationale venant de Sfax l’obligeant à poursuivre la diffusion du match USGB-CSS en direct en dépit des menaces et de la violence qu’elle a subies.

Ainsi le cameraman Kamel Ben Amor a reçu des coups de poing de certains supporters alors son confrère Fouad Derbal a été frappé par un verre. Le match opposant l’US BG au Club Sportif Sfaxien a dû être arrêté pendant dix minutes en raison de ces violences.

Le journaliste Hafedh Ben Ameur qui était chargé de commenter le match a déploré le climat de terreur dans lequel l’équipe télévisée a travaillé. « Nous avions le sentiment que nous étions menacés dans notre intégrité physique en raison de la grande agitation qui a régné parmi les supporters de Ben Guerdane pendant toute la rencontre. Nous envisagions de nous retirer mais le vice président de l’US Ben Guerdane nous a contraint par la force à continuer le direct », a-t-il dit.

De son côté le Syndicat national des journalistes tunisiens a signalé pour sa part que l’équipe de l’ETT a été victime de graves agressions de la part du public de l’équipe hôte. Il a dénoncé ces agressions en en faisant porter la responsabilité au ministère de l’Intérieur. Suite à l’extrême tension régnant dans les stades le SNJT a appelé à la prise de mesures préventives en vue d’assurer la sécurité des équipes de journalistes couvrant les rencontres sportives.

Commentaires

Ajouter un commentaire