Concours d’assistanat de néonatologie : la directrice générale de la Santé au banc d'accusation

Concours d’assistanat de néonatologie : la directrice générale de la Santé au banc d'accusation

 

Lors du concours d’assistanat 2018 de néonatologie, cinq professeurs agrégées dans cette spécialité médicale convoqués officiellement par un courrier du ministre de la santé ont été empêchées de siéger dans ledit concours parce que la directrice générale de la santé Nébiha Falfoul a désigné entretemps un nouveau jury comprenant le nom d’une autre professeur en plus, procédure interdite par la loi.

Selon un post du professeur néonatologiste Mohamed Douagi, pendant 7 heures soit de 8h à 15h les 5 membres du jury ont demandé en vain l'application de la convocation officielle en leur possession mais la Directrice Générale de la Santé a essayé de les intimider pour faire partie d 'un jury pour lequel elles  n’ont reçu aucune convocation.

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, Mme Falfoul a outrepassé de nouveau ses prérogatives et aussi la loi et a imposé un nouveau jury ne comprenant aucune des 5 membres, ce qui constitue une entrave à la loi, ajoute-t-il. Ce nouveau jury formé à 14h ne comprend qu'une seule néonatologiste sur 4 membres (encore une entrave à la loi) et désigné une présidente de jury non néonatologiste (de nouveau une entrave à la loi).

Devant toutes ces infractions à la loi commises par la DGS et ses supérieurs et collaborateurs au ministère de la santé, les neonatologistes universitaires en Tunisie ont décidé d'introduire une action en justice au tribunal administratif en vue de l’annulation du concours d’assistanat dans cette spécialité.

« Voilà comment par le non respect des procédures administratives et en l absence d’application de la loi, le ministère de la santé joue avec l’avenir des jeunes médecins », conclut le Pr Douagi.

Commentaires

Ajouter un commentaire