Al Joumhouri fustige l'interférence entre Nidaa Tounes et les institutions de l'Etat

Al Joumhouri fustige l'interférence entre Nidaa Tounes et les institutions de l'Etat

Le Parti républicain a fustigé “l’interférence entre le parti au pouvoir et les institutions de l’Etat”, en allusion à la déclaration faite lundi soir par le porte-parole du parti Nidaa Tounes à l’issue de l’entretien entre le président Beji Caid Essebsi et le président du parti Ennahdha, Rached Ghannouchi.

“La réaction de Nidaa Tounes est un indice de l’exacerbation de la crise générale dans le pays et un signe de l’absence des plus simples mécanismes de fonctionnement normal des institutions de l’Etat”, a souligné le parti Joumhouri dans une déclaration. Il et a appelé les services de la présidence à “éclairer l’opinion publique sur sa position vis-à-vis de l’usurpation des tâches qui lui sont dévolues”.

Le parti républicain a exprimé sa “préoccupation face à la détérioration des prestations des institutions de l’Etat et à la déliquescence de la vie politique”, qualifiant de “bizarre” la déclaration publiée par le parti Nidaa Tounes sur l’activité du chef de l’Etat. Il a souligné que le porte-parole de ce parti s’est arrogé le rôle de porte-parole de la présidence de la République.

“Le système de gouvernance issu des élections de 2014 est pleinement responsable de la détérioration de la situation du pays”, ajoute Al Joumhouri, mettant en garde, dans ce contexte, contre “l’exploitation des appareils et institutions de l’Etat dans le conflit entre les chefs de l’exécutif”.

Le parti a appelé le pouvoir exécutif et le gouvernement, quelle que soit leur composition, “à assainir le climat politique et à mettre un terme à la détérioration des indicateurs économiques et à l’érosion du climat social, ainsi qu’à faire progresser le pays vers les élections générales afin d’assurer son bon déroulement”.

Le porte-parole de Nidaa Tounes avait publié lundi soir une déclaration sur l’entrevue entre le président de la république Beji Caid Essebsi et le président du mouvement Ennahdha Rached Ghannouchi.

Ons Hattab a précisé que l’entrevue “s’inscrit dans le cadre de l’ouverture du chef de l’Etat sur tout le peuple tunisien sans exclusive, mais la position officielle à l’égard du parti Ennahdha est la fin du consensus conformément à l’affirmation du président de la république dans l’interview télévisée du 24 septembre dernier”, a précisé le parti Nidaa Tounes dans un communiqué au terme de la réunion.

Selon la déclaration, le parti Nidaa Tounes estime que le gouvernement en place dirigé par Youssef Chahed “est le gouvernement du mouvement Ennahdha, de ce fait le parti n’est pas tenu de le soutenir politiquement et le consensus convenu entre le président de la république et le mouvement Ennahdha depuis les élections de 2014 est désormais caduc”.

La présidence de la république n’a pas fait état de son côté d’un entretien entre le chef de l’Etat et le président du mouvement Ennahdha.

Commentaires

Ajouter un commentaire