Hatem Chabchoub (D.G. des AMS): "Malgré la crise, notre société a réussi à doubler son chiffre d'affaires" 

Hatem Chabchoub (D.G. des AMS): "Malgré la crise, notre société a réussi à doubler son chiffre d'affaires" 

 

Après une longue traversée du désert, la société AMS (Ateliers Mécaniques du Sahel) appartenant au Groupe Loukil a réussi à surmonter les difficultés. Et mieux, à réussir un coup de génie en réalisant une croissance de 125% de son chiffre d'affaires, mais aussi à baisser la valeur de son endettement bancaire dans un contexte national économique extrêmement difficile.

Pour comprendre cette performance inédite et les sacrifices consentis pour arriver à ce résultat, Espace Manager a rencontré M. Hatem Chabchoub, Directeur Général des Ateliers Mécaniques du Sahel. Dans cette interview, il parle de la société AMS, du secret de sa croissance, de ses activités sur le marché tunisien mais aussi de sa forte expérience...

Et si vous vous présentiez à nos lecteurs ?

Je suis Hatem Chabchoub, titulaire d'un MBA en finance et gestion des risques.Ma formation de base est la comptabilité où je me suis spécialisé en finance et gestion des risques. J'ai occupé plusieurs postes de responsabilité, principalement à la tête d'une société informatique spécialisée dans le développement de logiciels. Puis je suis passé par une multinationale où j'ai occupé le poste de DG de banque. Plus tard, j'ai atterri dans une compagnie aérienne en tant que PDG.Et aujourd'hui, je suis le DG des Ateliers Mécaniques du Sahel avec de nouveaux objectifs et de nouveaux défis.

La société AMS semble avoir réalisé une belle croissance de son chiffre d'affaires, qu'en est-il réellement?

A la clôture du second trimestre 2018, la société les Ateliers Mécaniques du Sahel a enregistré une augmentation de son chiffre d’affaires passant de 2 MDT en 2017 à 5 MDT en 2018, soit l’équivalent de 125% en termes de croissance du chiffre d'affaires.

En dépit d’une conjoncture économique embarrassante, ayant marqué notre pays durant les dernières années, la société AMS a réussi, depuis son acquisition en 2008, à presque doubler son chiffre d’affaires brut passant de 16 MDT à 32 MDT.

La société a réussi aussi à élargir sa gamme de produits pour l'activité robinetterie en introduisant les robinets de gaz, la solution complète de branchement d'eau composé de robinets, de raccords et d'un compteur d'eau. Aussi, elle a étoffé sa gamme de robinetterie sanitaire par de nouveaux mitigeurs de moyenne et haute gammes. 

Par ailleurs, l'activité des articles de ménage en inox a connu un développement de sa gamme par la modernisation du segment couvert de table en ajoutant les couverts haut gamme doré et argenté et par l'élargissement de la gamme casserolerie par l'introduction de la cocotte expresse (1/4 de tour) et les sets des casseroles colorées.

La société AMS a beaucoup souffert de la contrebande. Certains contrebandiers inscrivaient eux-mêmes le logo de AMS sur leurs produits, ce qui vous a beaucoup lésés. Comment avez-vous réussi à renverser la tendance?

Vous savez, AMS produit dans un secteur où il y a beaucoup de concurrence (légale ou illégale).De ce fait, nombre de produits sont similaires à ceux d'AMS. Et il est parfois difficile de dissocier le bon grain de l'ivraie, ce qui engendre un réel problème.Pour contrecarrer cette situation, nous avons misé sur la communication avec notre clientèle. Cette dernière désormais bien avertie est capable de faire la différence entre un produit AMS et le produit de contrebande, ce qui a considérablement minimisé les effets néfastes sur notre société.

Comment expliquez-vous cette performance subite et inattendue des Ateliers Mécaniques du Sahel?

Personnellement, j'ai été persuadé depuis mon arrivée à la tête des AMS, que la société possède un potentiel de croissance très important et inégalé et qu'elle devrait décrocher la place qu'elle mérite sur le marché. Pour ce faire, j'ai puisé dans mon sens du dévouement à la perfection pour offrir à la société ce dont elle a besoin.Et Dieu merci, la situation actuelle est des plus satisfaisantes, et l'on s'attend même à de nouvelles belles surprises.

En effet, la valeur de la production finie a enregistré, au titre du second trimestre de l’année 2018, une croissance de 151% par rapport au même trimestre de l’année 2017.

Cette croissance et cette performance dans le chiffre d'affaires est le fruit des actions de communication, des actions de prospection et des actions de développement et d'investissement qui ont été programmées et réalisées par une nouvelle équipe managériale sous une nouvelle vision, en harmonie et en coordination  avec le programme de développement du Groupe Loukil dès l'acquisition de la société AMS en 2008.

La société les "AMS" a cumulé une forte expérience dans le domaine de la fabrication des articles de raccordement et de branchement d'eau et elle est parvenue en 2015 à présenter sur le marché sa propre solution complète de branchement eau allant du simple raccord jusqu'au compteur d'eau avec télé-relève. 

La société a récolté les fruits de cette réussite technique de développement en remportant deux fois d'afilée les marchés de branchement d'eau avec la société nationale de distribution des eaux et a obtenu aussi en Afrique subsaharienne à plusieurs reprises des commandes pour les articles de branchement d'eau.

La stratégie de développement suivie par les AMS pour ses deux activités, à savoir la robinetterie et les articles de ménage en Inox, a énormément contribué à l’amélioration de la qualité et au renforcement de la notoriété des produits AMS sur le marché local et africain. 

Revenant à la qualité, pendant le premier trimestre de l’année 2018, AMS a déployé les moyens nécessaires à la reconduction de la certification ISO 9001 (version 2015) pour la période 2018-2021. Ce qui lui donne plus de notoriété et rassure tous nos clients et fournisseurs locaux et étrangers. 

Quels sacrifices avez-vous consentis pour atteindre de tels niveaux?

L’industrie est un secteur trop délicat qui nécessite beaucoup de volonté et de patience. Aussi, les décisions à entreprendre lors de la gestion courante devraient être bien réfléchies et bien étudiées. 

Pour atteindre de tels niveaux de croissance, plusieurs sacrifices ont été consentis tant sur le plan financier, que sur le plan disponibilité et engagement du personnel de la société et du groupe. En effet, cette réussite après la privatisation de la société est le fruit d'énormes efforts et sacrifices consentis par le personnel, les dirigeants de la société et du groupe Loukil. C'est aussi le fruit des ressources financières mises à la disposition de la société tout au long de son parcours d'accompagnement et de mise à niveau pour le développement de ses activités sur les dernières années.

D’ailleurs, je saisis cette occasion pour remercier M. Bassem Loukil, PCA du groupe Loukil, pour son soutien moral et financier. 

Malgré la situation économique difficile, AMS a réussi à baisser la valeur de son endettement bancaire. Avez-vous fait des concessions douloureuses pour atteindre ces résultats? Si oui lesquelles?

Le plan de restructuration financière et opérationnelle lancé en 2017 a rassuré nos différents partenaires économiques et a fluidifié nos échanges. On compte récolter les fruits de ce plan de restructuration vers la fin de l’année 2018.

Malgré la situation économique difficile du pays, la société AMS a réussi à baisser la valeur de son endettement sur les deux derniers exercices 2017 et 2018. En effet l'endettement a baissé de 14% fin 2017 et a baissé encore une fois à la clôture du premier semestre 2018 de 8%. Certes des effets secondaires ont accompagné cette réussite au niveau de la réduction de la valeur d'endettement, comme par exemple le non développement de l'axe d'investissement vu l'allocation des ressources pour le remboursement des dettes. Aussi le changement du mode de financement d'achat à l'étranger vu l'exigence des banques à rembourser des parties de la dette avant de souscrire un nouveau financement à l'étranger.  

Que pensez-vous de la situation économique actuelle du pays? Le pessimisme des analystes est-il réellement justifié? Des solutions rapides de sortie de crise existent-elles?

De nature, je suis optimiste. Certes, la situation économique actuelle du pays est difficile et surtout lorsqu’on parle du secteur industriel qui est un secteur trop délicat et représente une arme à double tranchant pour l’économie du pays.
 
La situation économique du pays a commencé à s'améliorer et a trouvé enfin le chemin de démarrage de sa relance grâce à une excellente saison touristique, à la relance des exportations, à la relance de l'industrie et de la production caractérisée par le retour au calme social et au travail par plusieurs sociétés formant le tissu industriel du public et du privé.

Sur cette base et selon les constats actuels de relance de l'économie et le retour à la production et au travail, ce pessimisme des analystes ne trouve plus les arguments nécessaires puisque l'économie a enfin trouvé le démarrage pour son retour aux niveaux de croissance. Sauf que la dévaluation du dinar peut entrainer des effets négatifs sur ce démarrage de l'économie, vu la hausse des coûts des importations nécessaires à la reprise de la production du tissu industriel du pays.

Certes il y a des solutions rapides pour la sortie de crise. Pour cela, il importe d’abord clarifier la situation sur le plan politique pour que le gouvernement retrouve sa stabilité afin d'avancer sur son plan d'action et de développement. Il faut faire un vrai diagnostic de la situation économique et financière du pays, afin d'élaborer une stratégie de sauvetage de l’économie tunisienne signée par les différentes parties politique, sociale et économique.

Pendant la période d'exécution de cette stratégie de sauvetage, il faudrait signer un accord socio-économique pour la stagnation des prix et des salaires. Puis passer aux réformes profondes après avoir rétabli l'économie dans ses niveaux normaux de croissance.

Et le mot de la fin?

J’espère que la société AMS continuera de s'épanouir davantage durant la période à venir avec de nouvelles perspectives et de nouveaux horizons et retrouvera ainsi sa position réelle sur les marchés local et étranger. Actuellement, nous exportons vers une dizaine de pays issus d'Afrique, d'Europe et du Moyen-Orient avec un chiffre d'affaires de 15 à 20%. Nous espérons atteindre les 35% dans les années à venir.

Propos recueillis par O.D.

Commentaires

Ajouter un commentaire