Rachid Sfar donne l’alerte, avant que « le navire Tunisie ne sombre »

Rachid Sfar donne l’alerte, avant que « le navire Tunisie ne sombre »

Rachid Sfar, l’ancien premier ministre de Bourguiba a lancé sur sa page Facebook, ce qu’il appelle « une dernière alerte » avant de se « taire définitivement ».

L’homme du PAS( programme d’ajustement structurel) de 1986, pense que « le mal est déjà fait et qu’on « ne peut plus échapper aux mesures douloureuses....et plus on tarde , plus le mal s'amplifie...et plus les opérations chirurgicales seront plus graves ». Il faut intelligemment épargner les plus démunis et présenter une vision crédible et réalisable pour le moyen et long terme. C'est aussi dramatique et la tâche de redressement devient encore plus hypothétique car nos meilleurs "cerveaux", soit plus de 95 mille cadres supérieurs. Médecins, ingénieurs, administrateurs, universitaires, signalent des rapports sérieux, ont quitté définitivement le pays de 2011 à 2017. A tous ceux qui me demandent de parler aux journaux et à la télévision je signale que dès que " le mal" a commencé j'ai parlé et écrit suffisamment...Actuellement, les journaux et certaines télévisions ne font que cela. Mais on a l’impression qu'on parle dans un désert. La situation de notre pays est devenue" KAFKAÏENNE"...

Il a tenu dans un second statut à rappeler  « à ceux qui pensent ou disent que je suis très pessimiste et non constructif, que ce que je souligne clairement est; hélas, l'amère vérité qu'il faut avoir le courage et l’honnêteté de dire officiellement pour expliquer et justifier les douloureuses réformes et mesures incontournables à mettre en œuvre de toute urgence avant que la navire Tunisie ne sombre....

 

Commentaires

  • Soumis par Lassaad Bouhachem le 8 Octobre, 2018 - 18:20
    Le mal a commencé depuis 1956 et non pas 2011. Arrétez de trompez les tunisiens.
  • Soumis par Lotfi Ben Romdhane le 8 Octobre, 2018 - 16:36
    Rachid Sfar n'a fait que pleurer n'a pas le courage de dire que Sebssi et ceux qui l'on èlu les responsables de la situation ....c quoi la solution ? son départ .... La France ne veut pas le bien pour la Tunisie qu'elle enléve son tutel ..

Ajouter un commentaire