Slim Riahi: Le champion des girouettes invente l’esclavage politique 

Slim Riahi: Le champion des girouettes invente l’esclavage politique 

 

Le énième revirement du controversé président de l’Union Patriotique Libre Slim Riahi, sa surprenante décision de fusionner son parti au sein de Nidaa Tounes et son étrange parachutage en tant que Secrétaire général du parti fondé par Béji Caïd Essebsi ont  représenté les événements politiques les plus étonnants de ce paysage politique Tunisien unique.

Bien que tout le monde sache que Slim Riahi change tour à tour de visages en fonction des costumes qu'il endosse et des vestes qu'il retourne comme autant de volte-face, personne ne pouvait croire qu’il pourra un jour arriver à intégrer le parti qu’il a tellement dénigré et attaqué.

Surtout qu’il a lui-même écarté cette éventualité lorsqu’il a déclaré : « Je ne pourrai jamais intégrer un parti sans programme, sans vision et sans avenir comme Nidaa Tounes. C’est un parti jetable qui va ruiner le pays !! ».

Néanmoins, il s’est avéré que rien ne pourra arrêter Slim Riahi dans ses girouettes tant que son intérêt personnel est en jeu. 
  
Cependant ce n’est pas ce énième revirement de ce « politique » qui a choqué le plus les Tunisiens, lors des événements des derniers jours. Sa grave déclaration rapportée par le site de la chaîne « Attasia », dans laquelle il s’est permis de dire que les députés de son parti lui appartiennent et qu’il peut en faire ce qu’il veut, a d’abord offusqué tous les observateurs! 

La violence et l’outrance de ce genre de propos qui rappellent la traite négrière et l’esclavage est scandaleuse. Des propos qui prouvent le niveau de certains politiques Tunisiens qui croient qu’ils peuvent tout acheter avec l’argent. Des politiques de dernière heure qui n’ont semble-t-il rien compris de la démocratie qui garantit avant tout aux citoyens la liberté de choisir et de s’exprimer.

Des propos qui prouvent aussi que ce genre de politiques sont des personnes sans scrupules et sans principes, puisqu’ils se permettent de duper les électeurs, qui les ont élus sur la base d’un programme précis, pour finalement offrir leurs services au plus offrant où à celui qui peut servir leur intérêt. 

Le parachutage de Slim Riahi en tant que Secrétaire Général de Nidaa Tounes a représenté par la suite le énième choc pour les Tunisiens, qui n’ont pas compris comment un politique controversé qui était quelques jours auparavant poursuivi par la justice, se retrouve par n’importe quelle magie, à la tête de Nidaa Tounes !

Néanmoins, la surprise face à ce genre de revirements « made in Tunisia » ne se justifie que de vouloir continuer à croire que ces revirements ne sont que des incidents de passage ou des anecdotes vite évacuées. Alors qu’ils sont devenus la règle dans ce sale paysage politique, en attendant de l’assainir une bonne fois pour toute. 

 Kais Ben Mrad
  

Commentaires

Ajouter un commentaire